Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

ANGERS LOIRE METROPOLE : Découvrez pourquoi le SIVAL 2015, Salon International des Productions Végétales, se déroule à Angers, au cœur de la filière végétale… Spécial

thumb_ANGERS-VUE-AERIENNE2 000 événements professionnels (salons, congrès, colloques, séminaires…) sont accueillis chaque année à Angers, siège de Végépolys, un territoire intimement lié au végétal. Le Sival, salon de référence des productions végétales, est l’un des trois salons internationaux incontournables de la filière végétale sur Angers, avec le Salon des Vins de Loire et le Salon du Végétal. Avec près de 600 exposants et 20 000 visiteurs, le Sival est le seul salon en France à proposer une offre aussi complète en matériels et services pour toutes les productions végétales : viticulture, œnologie, horticulture, arboriculture, cultures légumières, semences, plantes médicinales et aromatiques, cidre, champignons, tabac. Le Sival n’a pas d’équivalent national en matière de proposition à destination de la filière Fruits et Légumes.

Comme chaque année, Angers Loire Métropole soutient l’organisation de ce salon. Le Sival participe activement au rayonnement du territoire, il est une occasion de plus d’affirmer l’importance de la filière végétale dans l’agglomération.

Angers, au cœur de la filière végétale

Fruits, plantes ornementales, arbres, vigne, légumes, plantes médicinales… tout cela pousse dans la région d’Angers. Une telle diversité de productions est unique en France. Plusieurs raisons pour expliquer cela. En premier, une géographie très favorable combinant climat océanique tempéré, sols de bonne qualité et diversifiés. S’ajoutent des raisons historiques qui ont vu autour des châteaux du Val de Loire se développer une tradition de jardins depuis le Moyen‐Âge. Enfin, il ne faut pas oublier le rôle crucial joué par des hommes entrepreneurs et visionnaires.

Deux exemples : André Leroy, pépiniériste, qui vendait ses productions dans le monde entier au 19e siècle et Edgard Pisani, ministre de l'Agriculture sous De Gaulle et Pompidou, qui a permis l'aménagement de la vallée de l'Authion dans les années 60 en « petite Hollande » française.

Aujourd'hui, la région angevine représente une concentration unique en France, voire en Europe, en termes de diversité de productions, de recherche et d’enseignements supérieurs. Cette combinaison a d’ailleurs valu au pôle angevin du végétal spécialisé, Végépolys, d’être reconnu en 2005, puis confirmé en 2008, comme l’un des onze labels français de pôle de compétitivité à vocation mondiale, comme l'aérospatiale à Toulouse.

Sur le territoire angevin, le végétal représente :

  • 4500 entreprises
  • 30 000 emplois
  • 450 chercheurs et enseignants chercheurs dont 100 nouveaux arrivés depuis la création de Végépolys
  • 25 formations supérieures
  • 2 500 étudiants
  • 8 filières : l’horticulture ornementale, le maraîchage, les semences, l’arboriculture, la viticulture, les plantes médicinales, les champignons, le cidre et le tabac.

Des positions de leaders pour Angers et l’Anjou

L’horticulture. 1er rang national pour les plantes en pots, les plantes à massif, les jeunes plants de pépinière, les bulbes, le dahlia, les arbustes en conteneur. 10% de la production exportés, surtout en Europe.

Les semences. 1er rang national pour les semences potagères et florales avec 25 % de la production nationale. 1er producteur européen de semences en volume, 3e exportateur mondial. Leader national en production de semences de chanvre avec plus de 95% de la production française.

Le maraîchage. 20 à 30 % du chiffre d'affaires des producteurs d'Anjou réalisés à l'export. 41% des entreprises groupés en coopératives.

L'arboriculture. 1er rang national pour la pomme (l'Anjou est au 1er rang français en surface et en tonnage) et le cassis (le Maine et Loire est 1er avec 24 % de la surface). 50 % des volumes exportés en France sont produits en Val de Loire.

La viticulture. 3e vignoble français. 75% de la production est consommée en France, 25% sont exportés en Grande Bretagne, Belgique, Allemagne, Pays Bas et Etats‐Unis. 42 000 hectares de vignoble.

Les plantes médicinales. 1er rang national avec plus de 70 espèces cultivées sur 700 hectares.

Les champignons. 1ère région française. 50% de la production française cultivée en Maine‐et‐Loire avec le produit leader "Champignon de Paris".

Les grands noms de l’économie du végétal sont ici…

Bioplant, Briand, Cinor – Oya, Ernest Turc Production, Fleurons d’Anjou, Gaignard Fleurs, Interseed, Jardiland Enseignes, Les Vergers d’Anjou, Mondial Fruit Sélection, Plan Ornemental, Productions Sicamus, Strader, Syngenta Seeds SAS, Terrena, Vilmorin…

… les jeunes pousses de l’économie du végétal aussi

Agrauxine ou If Tech inventent des solutions naturelles de nutrition et de protection des végétaux. Chlorosphère est un des premiers cabinets de tendance spécialisés dans le végétal…

Présence d’organismes et d’institutions incontournables

Végépolys, le pôle de compétitivité du végétal spécialisé à vocation mondiale. Il fédère les entreprises de la filière végétale, notamment autour des projets d’innovation. L’établissement dispose d’ailleurs d’un service de R & D externalisé, centre d’innovation permettant les transferts de technologie.

Plante & Cité, association née dans le giron de Végépolys. Elle est une plateforme nationale d'expérimentations et de conseils techniques à destination des services espaces verts des collectivités territoriales et des entreprises du paysage.

Office International des Variétés Végétales. Lors de son ouverture en 1995, Angers était la seule ville en France, avec Strasbourg, à disposer du siège d’un organisme européen. Cette administration décentralisée de l’Union européenne est installée au 14, boulevard Foch. L’office emploie à son siège une quarantaine de fonctionnaires européens qui délivrent l’équivalent des brevets industriels pour les variétés végétales. Ses clients sont des producteurs des 27 pays de l’Union. Il s’agit de l’organisme le plus important au monde dans son domaine.

Le Groupement d’étude et de contrôle des variétés et des semences (Geves) mène les études nécessaires pour permettre l'inscription des variétés végétales nouvelles au catalogue officiel, la protection juridique des obtenteurs et la certification des semences avant leur commercialisation. Outre le siège du Geves, on trouve également dans la région angevine, la station nationale d’essais de semences (SNES), le centre technique permanent de la sélection (CTPS), linstance nationale des obtentions végétales (INOV). En tout, 130 des 250 permanents du Geves sont en Anjou. Chiffre auquel il faut ajouter une quarantaine d’équivalent temps plein, pour beaucoup sous forme de saisonniers.

Le laboratoire de la santé des végétaux (LSV). Il emploie quarante personnes et dépend de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail). Il a une compétence nationale de surveillance du territoire en matière de parasites et de mise au point de méthodes d'analyses et de diagnostics sur les pathogènes émergents et ré-émergents (bactériologie, virologie, OGM principalement).

La délégation régionale Grand Ouest du GNIS (Groupement interprofessionnel des semences et plants), organisme sous tutelle du ministère de l’Agriculture rassemblant les professions de l'activité semencière et qui participe à la définition de la politique en matière de semences.

L’Institut national de recherche agronomique. Le centre Inra Angers‐Nantes a été créé en 2008 par la réunion des centres d'Angers et de Nantes. Il comprend 25 unités, 480 chercheurs, ingénieurs et techniciens et 140 enseignants  ‐  chercheurs et techniciens associés. Des effectifs répartis à part égale entre Angers et Nantes. Angers est spécialisée dans les recherches sur le végétal spécialisé et Nantes sur l'agroalimentaire.

Bureau Horticole Régional des Pays de la Loire (BHR). Créé par les professionnels de la filière, c’est un bureau de conseils et de services en horticulture ornementale. Il accompagne les entreprises de production de jeunes plants, plantes en pot et à massif, fleurs coupées, plantes de pépinières, vivaces, bulbes... Il est aussi l’organisateur du salon du Végétal.

Tous les ans, trois salons professionnels incontournables :

• Le Sival, Salon des productions végétales, mi‐janvier

Avec près de 600 exposants et 20 000 visiteurs, le Sival est le seul salon en France à proposer une offre aussi complète en matériels et services pour toutes les productions végétales : viticulture, œnologie, horticulture, arboriculture, cultures légumières, semences, plantes médicinales et aromatiques, cidre, champignons, tabac. Le Sival n’a pas d’équivalent national en matière de proposition à destination de la filière Fruits et Légumes.

• Le Salon des Vins de Loire, début février

Le Salon des Vins de Loire est l'unique salon européen consacré à un seul vignoble, celui de la Loire. Il permet aux visiteurs français et internationaux de découvrir en avant‐première et avant la mise en marché, le millésime de l'année. Pendant 3 jours, près de 600 exposants du Pays Nantais, des Régions Anjou‐Saumur, Touraine et Centre Loire, proposent aux 9 000 visiteurs professionnels de découvrir toute la richesse et la fraîcheur du 3e vignoble de France avec ses 83 appellations d'origine et IGP.

• Le Salon du Végétal, mi‐février

Avec, ses plus de 600 exposants, le salon du végétal qui connaît en 2013 sa vingt‐huitième édition est le passage obligé pour toute la filière horticole française : horticulteurs, pépiniéristes, paysagistes, responsables espaces verts, fleuristes, chefs de rayon en jardinerie ou en grande distribution… Le Salon du végétal accueille chaque année près de 16 000 visiteurs qui viennent découvrir ce qu’on trouvera demain dans les vases, les jardinières, les parcs et les jardins.

Terra Botanica, un parc d’attractions unique en Europe

Au parc de loisirs Terra Botanica à Angers, 40 attractions et animations autour du thème du végétal sont proposées aux visiteurs : cinémas, jeux, spectacles, parcours thématiques... Un parc à thème unique en son genre.

De Madagascar au Brésil, du Mexique au Japon en passant par la France et l’Anjou, voyagez avec les plantes. Appréciez la diversité végétale, déambulez dans une jungle tropicale, évadez‐vous à travers des décors exceptionnels, découvrez des fleurs phosphorescentes, carnivores, arpentez les allées des potagers pour le plaisir des yeux….

Une mise en scène spectaculaire du végétal, il y en a pour tout le monde. Empruntez le parcours de l’insolite, vous découvrirez des variétés de plantes étranges aux formes déroutantes. Immergez‐vous dans la forêt primaire, vous serez portés par l’histoire du végétal. Découvrez les potagers extraordinaires, vous serez captivés par l’ambiance et la richesse des variétés aux couleurs surprenantes.

Leader européen en matière d’enseignement supérieur

Valcampus, pour végétal Angers‐Loire campus, est l’alliance des établissements angevins d’enseignement et de recherche. Il offre une visibilité et montre qu’Angers, avec ses 2500 étudiants, est le premier pôle français de formation en matière de végétal et un (voire le) leader européen en la matière. Valcampus a permis la multiplication des passerelles entre les différents partenaires. Dans quasiment toutes les disciplines végétales, il est possible de suivre à Angers un cursus complet du BTS au doctorat.

Les membres de Valcampus sont : Agrocampus Ouest (ancien INH, institut national d’horticulture), l’école supérieure d’agriculture (ESA), l’université d’Angers, l’université catholique de l’Ouest (UCO), l’institut national de la recherche agronomique (INRA), et trois lycées agricoles : Le Fresne, Pouillé et Montreuil‐Bellay.

Deux écoles d’ingénieurs

Agrocampus Ouest est le fruit de la fusion de l’ancien Institut national d’horticulture (INH) d’Angers et d’Agrocampus Rennes. Le nouvel établissement est le seul en France à offrir une telle palette de formations en agroalimentaire (Rennes), horticulture et paysage (Angers). Il compte 1 650 étudiants, dont une grande majorité de futurs ingénieurs, et 150 enseignants‐chercheurs.

Esa, l’école supérieure d’agriculture, délivre une cinquantaine de formations pour toutes les filières de l’agriculture, de l’agroalimentaire mais aussi du végétal, notamment en productions végétales, viticulture et œnologie et horticulture et paysage. L’établissement compte globalement 2800 étudiants, 200 salariés et 500 intervenants.

Opération « poinsettia » pour Noël

Cultivée sur le territoire angevin, dans les serres des entreprises Gaignard, leader de la production de poinsettia en France, Froger, FBH ou encore Gagiflore, le Poinsettia, ou « étoile de Noël », est l’un des symboles de Noël. Le poinsettia s’inscrira cette année en fil rouge végétal de l’évènement Soleils d’hiver qui rythme le mois de décembre des Angevins. Décors et sapins de Noël en poinsettia, la plante rouge habillera également les vitrines des commerces. Avec en point d’orgue la date du 12 décembre, baptisée Journée internationale du Poinsettia, lors de laquelle les passants du centre‐ville se verront offrir un poinsettia petit format.

Quelques chiffres :

Sur la Ville

  • 800 ha d’espaces verts dont 550 ha gérés par la ville
  • environ 1000 ha d’espaces naturels (île Saint‐aubin, parcs Saint‐Nicolas, parc de Balzac, lac de Maine)
  • près de 40 m² d’espaces verts par habitant
  • 1000 points végétalisés à entretenir (espaces d’accompagnement de voirie, espaces d’accompagnement de l’habitat, espaces d’accompagnement des établissements industriels,  groupes scolaires et CLSH, zones naturelles aménagées, base de loisirs, jardins familiaux, cimetières, parcs, jardins, plaines de jeux, squares)
  • 2 patrimoines distincts forment l’unité paysagère d’Angers : une flore spontanée et une flore horticole
  • 150 points fleuris (suspensions, poteries, jardinières, bacs)
  • 43 parcs majeurs
  • 110.000 arbres (dont 16.000 d’alignements)
  • 300.000 plantes produites par les serres municipales pour le décor de la ville
  • Gestion écologique de nos espaces
  • Arrosage : 1m3 de dépense d’eau seulement par habitant et par an (50 m3 pour une maison)
  • Avifaune 100 nichoirs posés depuis 2009 dans 43 parcs diagnostiqués
  • 234 agents dont 100 jardiniers ; 23 métiers

Sur l’agglomération

  • 5000 hectares d’espaces naturels remarquables
  • 5 grands parcs communautaires (parc André‐Delibes à Saint‐Sylvain‐d’Anjou, domaine dePignerolle à Saint‐Barthélemy‐d’Anjou, les Sablières à Ecouflant, les Ardoisières à Trélazé et Saint‐Barthélemy‐d’Anjou, parcs Saint‐Nicolas à Angers)
  • 50 kilomètres de circuit « Loire à Vélo »
  • 350 kilomètres de sentiers pédestres

Source : Angers Loire Métropole

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le samedi, 06 janvier 2018 19:13

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A propos de Secteur-Vert :

Créé en 2010, SecteurVert.com "le site 100% Jardin & Espaces Verts" est LE 1er portail d’information multimédia qui s’adresse non seulement à l'ensemble des professionnels du jardin, du paysage et de la distribution mais aussi à tous les consommateurs ! Une offre éditoriale à 360° unique, complète et originale à la fois pour les :
Utilisateurs Professionnels,
• Distributeurs et Revendeurs,
Jardiniers Amateurs.

 

 

 

5 Sites Web Secteur-Vert !

Vous êtes un utilisateur professionnel du paysage, un distributeur spécialisé jardin-motoculture ou bien un simple particulier passionné de jardinage ?

Les Nouveaux Tweets...

https://t.co/gPswLUY0s8 https://t.co/FKNtOeHRpN
https://t.co/CVKUHD6X89 https://t.co/UAWrkDM0M9
https://t.co/Q1hzUdYXfP https://t.co/JsMCzQ5lrg
https://t.co/a7EV2NWGgB https://t.co/6xLJBZSSv7
Follow Secteur Vert on Twitter
Création site internet agence web paris Formation en alternance Commerce de gros desherbant selectif gazon