Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

UNEP - AGRICA : Découvrez le baromètre des entreprises du paysage 2014… avec une baisse de 2% au 4e trimestre, tous les indicateurs du secteur du paysage sont passés au rouge Spécial

thumb_UNEP-CONFERENCE-MARCHE-2015Catherine Muller, Présidente de l’Unep - les entreprises du paysage, a dévoilé le mardi 27 janvier 2015, lors d’une conférence, les chiffres du secteur sur l’année écoulée*. Après une croissance « en trompe-l’œil » au 1er semestre, l’année 2014 se termine sur une baisse généralisée des indicateurs. Malgré une conjoncture favorable avec une météo particulièrement clémente, on constate un ralentissement de l’activité sur l’ensemble des marchés (publics en tête) ; investissements et embauches sont en berne. Avec une croissance de -2,5% au 3e trimestre et -2% au 4e trimestre 2014 (+1,5% et +3% sur la même période en 2013), les entrepreneurs du paysage ne cachent pas leurs inquiétudes pour l’avenir...

Après l’effet conjoncturel « en trompe l’œil » constaté au 1er semestre 2014, la chute de la croissance marque la fin de l’année 2014. La création de jardins et espaces verts connait une baisse spectaculaire avec -4% au 3e et -3% au 4etrimestre 2014. L’entretien, s’il ne connait pas de dégradation aussi importante que l’activité de création, affiche une croissance atone : +0,5% au 3e et -0,5% au 4e trimestre.

Catherine Muller, Présidente de l’Unep commente : « Un 1er semestre 2014 qui compensait tout juste un début d’année 2013 très difficile, fait place à une fin d’année 2014 encore plus catastrophique pour les entreprises du paysage… On constate une véritable décroissance sur les différents marchés, avec en premier lieu les commandes publiques. Un comble lorsque l’on connait le plébiscite des Français pour le végétal, tant pour ses vertus en matière de lien social que pour l’amélioration du cadre de vie. Autre indicateur qui ne trompe pas pour un secteur dont le dynamisme a prévalu depuis 10 ans : la baisse de l’embauche et l’affaissement de l’investissement sont le signe que les temps sont très durs pour le secteur. Les entrepreneurs ne savent pas de quoi leur avenir sera fait. 2015 va être encore une année compliquée et tous les efforts vont devoir se concentrer sur le maintien du niveau des carnets de commandes. »

Les commandes passent en négatif sur l’ensemble des marchés (particuliers, publics et privés)

thumb_UNEP-CROISSANCE-MARCHE-2014Comme à la fin d’année 2013 (-5% et -1% au 3e et 4e trimestre 2013), les marchés publics en 2014 font figure de sacrifiés, suite à une chute brutale des commandes publiques. C’est le marché qui enregistre la plus forte baisse, se traduisant par une croissance négative du chiffre d’affaires des entreprises du paysage : -4% au 3e et -3% au 4e trimestre 2014.

Du côté des particuliers, après un 1er semestre 2014 bien orienté, la baisse est là aussi significative bien que moins forte : -1,5% et -2,5% au 3e et 4e trimestre 2014. On constate une baisse du nombre moyen de devis acceptés par entreprise : de 31 en moyenne début 2014, il passe à seulement 22 à la fin de l’année. Cette évolution reflète l’érosion du pouvoir d’achat des Français : si l’envie et le besoin de vert sont présents, « sauter le pas » reste souvent difficile par manque de moyens. Les prix moyens par opération sont également en recul, pour atteindre 4 500€ contre 6 350€ en début d’année.

Les marchés privés (entreprises & immobilier) tirent leur épingle du jeu ce semestre. En effet, dans un contexte de baisse générale, ce segment résiste, en particulier grâce à un quatrième trimestre 2014 stable à un an d’intervalle : -2,5% au 3e et aucune croissance au 4e trimestre 2014. Après une baisse au 3e trimestre (5 600 €), le prix moyen des opérations retrouve son niveau de fin de 1er semestre 2014 (6 200 €) tandis que le taux de transformation de devis se stabilise (1 devis sur 3 est accepté) ce qui est également encourageant.

Investissements et embauches en repli en raison du ralentissement de l’activité

Dans une conjoncture économique hostile, les entreprises du paysage revoient à la baisse leurs ambitions de développement. Elles sont notamment contraintes de diminuer les recrutements. Si une entreprise sur deux a finalement embauché au 2ème semestre 2014 (elles n’étaient que 27% à l’avoir envisagé), seuls 15% des entrepreneurs du paysage souhaitent recruter début 2015, ce qui représente une contraction de -50% des prévisions d’embauche, réduites de moitié par rapport à 2014.

La part des contrats en CDD poursuit son avancée (59% contre 53,5% des embauches effectuées au 1er semestre 2014) et gagne du terrain au détriment des CDI (24%). La part des contrats en apprentissage, en forte baisse au 1ersemestre 2014 a presque doublé dans la part des embauches au 2nd semestre, passant de 9% à 17% fin 2014.

L’investissement, lui aussi touché par cette tendance à la baisse, reste très frileux : comme au 1er semestre 2014, un peu moins d’1 chef d’entreprise sur 2 déclare avoir investi au 2ème semestre 2014 (48%). Ils sont légèrement plus optimistes pour l’année 2015 : 39% envisagent d’investir en 2015, un chiffre en légère hausse par rapport aux prévisions de fin 2014 (34%).

Commandes publiques, maintien de l’activité : des inquiétudes fortes pour 2015

La baisse du rythme de construction de logements neufs qui se poursuit et la chute de l’activité en matière de travaux publics (liée à la réduction des investissements des collectivités locales) se répercutent sur l’activité des entreprises du paysage qui voient leurs perspectives 2015 s’assombrir. Cet effet sera de plus amplifié par le contrecoup des conditions climatiques, particulièrement clémentes de l’hiver 2013-2014 : on prévoit -1% au 1er et -3% au 2ème semestre 2015, en termes de croissance.

Le niveau des carnets de commande envisagé pour les 6 mois à venir baisse de nouveau et s’établit à 114 jours de travail (118 fin 2014). Le sujet reste d’ailleurs la première préoccupation des chefs d’entreprise du paysage, suivi du maintien de l’activité (2e) et de la conjoncture économique (3e). Représentant 29% de leur clientèle, les entreprises du paysage s’inquiètent de la frilosité des marchés publics concernant les espaces verts : le sujet, nouveau venu, se place directement en 4e position des inquiétudes des professionnels.

A propos de l’Unep-les entreprises du paysage :

L’Unep est la seule organisation professionnelle représentative des 28 400 entreprises du paysage reconnue par les pouvoirs publics. Ses missions consistent à défendre et promouvoir les intérêts de la profession, mais aussi à informer et aider ses adhérents (70% d’entre eux ont moins de 10 salariés) dans leur vie d’entrepreneur. Son organisation en unions régionales lui permet d’entretenir des relations de proximité avec ses adhérents.

A propos du Groupe AGRICA :

Le Groupe AGRICA est l’interlocuteur privilégié des entreprises et des salariés agricoles en matière de retraite complémentaire, d’épargne, de prévoyance et de santé. Avec plus de 766 000 retraités à ce jour et 1,45 million de cotisants dans plus de 158 000 entreprises AGRICA est le groupe de référence du monde agricole. Au 4etrimestre 2011, plus de 13 000 entreprises du paysage bénéficiaient d’assurances prévoyance et d’une complémentaire santé auprès d’AGRICA.

A propos de Val’Hor :

Val'hor est l'interprofession de la filière de l’horticulture d’ornement. Elle rassemble les organisations professionnelles du secteur de la production et du commerce horticole et des pépinières, ainsi que du paysage et du jardin. Ses missions sont les suivantes : développer la consommation de produits et de services par la communication et la promotion collective, réaliser des programmes d'expérimentation en matière d'innovation technique, favoriser le recrutement dans la filière par la valorisation des métiers et des savoir-faire, élaborer et mettre en œuvre des règles et disciplines de qualité et de certification, développer la connaissance du marché et de la filière par la réalisation et la diffusion d'études, optimiser les mécanismes du marché et la synergie entre les opérateurs.

*taux d’évolution du trimestre par rapport à la même période de l’année précédente
Photo ©2015 SecteurVert.com, de droite à gauche : Catherine Muller, Présidente de l’Unep - Stéphane DELAVALLADE, Vice-Président d'Hortis - Pierre-Emmanuel Bois, Délégué Général de l'Unep .  

Source : Unep-les entreprises du paysage

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le samedi, 06 janvier 2018 19:13

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A propos de Secteur-Vert :

Créé en 2010, SecteurVert.com "le site 100% Jardin & Espaces Verts" est LE 1er portail d’information multimédia qui s’adresse non seulement à l'ensemble des professionnels du jardin, du paysage et de la distribution mais aussi à tous les consommateurs ! Une offre éditoriale à 360° unique, complète et originale à la fois pour les :
Utilisateurs Professionnels,
• Distributeurs et Revendeurs,
Jardiniers Amateurs.

 

 

 

5 Sites Web Secteur-Vert !

Vous êtes un utilisateur professionnel du paysage, un distributeur spécialisé jardin-motoculture ou bien un simple particulier passionné de jardinage ?

Les Nouveaux Tweets...

https://t.co/8NfJIe7N3s https://t.co/KJfqJCczaS
https://t.co/e1ffNSXGZO https://t.co/N8mIxkFeBF
https://t.co/bc9M2yY3Zf https://t.co/2TtxxcrBqx
https://t.co/ddpsR0TsYS
Follow Secteur Vert on Twitter
Création site internet agence web paris Formation en alternance Commerce de gros desherbant selectif gazon