Login to your account

Username *
Password *
Remember Me
Editorial Secteur Vert

Editorial Secteur Vert (16)

 

Dans un contexte général de marché qui ne cesse de se concentrer, les enseignes de jardineries Botanic® et Saisons et Jardins® ont signé le 1er juillet 2019 une alliance et ce, dans le cadre d’une coopération à l’achat.

D’une part, Saisons & Jardins®, un groupement d’indépendants, spécialistes du végétal, de l’animal et de la maison réunit aujourd’hui 28 magasins sur le territoire français ;

D’autre part botanic®, entreprise familiale et originaire de Haute-Savoie, une enseigne de jardinerie naturelle possède 71 jardineries-animaleries ainsi que 44 animaleries spécialisées sous enseigne Médor&Compagnie®.

« Il est tout naturel que cette alliance voie le jour car il y a une véritable histoire et des valeurs communes entre botanic et Saisons & Jardins. En effet, les deux enseignes ont un passé en commun. Ainsi, avec cette alliance, les deux parties vont coopérer à l’achat pour le compte de 143 magasins, constituant la totalité du parc des magasins du Groupe botanic® et Saisons et Jardins® » explique Luc Blanchet, Président de botanic.

« En unissant nos forces, nous souhaitons plus que jamais peser sur le marché du jardin, non seulement sur le plan quantitatif mais aussi qualitatif. En outre, cette organisation positionne les deux enseignes en seconde place en termes de puissance d’achat sur le marché des jardineries » ajoute Christophe Potiez, Président de Saisons & Jardins.

 
"A quelques mois des élections municipales, la prise en compte de l’accélération chronique du réchauffement de la ville doit être un enjeu prioritaire pour préserver la santé et la qualité de vie des citoyens.

Car la canicule qui s’est abattue sur la France en cette fin du mois de juin 2019 a été beaucoup plus difficile à supporter en centre-ville, où les températures sont généralement 4 à 10°C plus élevées, qu’en périphérie. Afin de lutter efficacement contre le phénomène de concentration de la chaleur (dit « îlots de chaleur ») mais aussi de favoriser l’abaissement des températures tant diurnes que nocturnes, l’Union Nationale des Entreprises du paysage (Unep) rappelle que des moyens simples et durables peuvent et doivent être mis en place par les villes.

En cette période de fortes chaleurs, les arbres sont essentiels aux villes car ils apportent de l’ombre et de la fraîcheur aux habitants, tout en absorbant une grande quantité d’énergie solaire. Ils assurent en effet une régulation naturelle des températures. Ils purifient l'air, l'eau et les sols, et assurent une évacuation et un filtrage naturels des eaux pluviales. 

Face à l'urbanisation grandissante, un microclimat surplombe les grandes agglomérations. Ce phénomène, appelé « îlot de chaleur urbain », se traduit par des hausses de température en ville et ce, tout particulièrement la nuit. Cette hausse des températures engendre donc une baisse du bien-être des habitants qui compensent, lorsqu’elles le peuvent, en surconsommant de l’énergie pour la climatisation. Ces températures élevées peuvent également avoir un impact sur la santé des habitants (hausse de la pollution, déshydratation, fatigue voire surmortalité...).

Dans la lutte contre ces îlots de chaleur urbains, la végétalisation joue un rôle clé. En choisissant de planter régulièrement, de végétaliser et de « renaturer » des espaces publics, des murs ou des toitures, les villes peuvent contribuer à atténuer les effets de piégeage du rayonnement solaire dans les matériaux urbains et des rejets anthropiques de chaleur causés par l’activité humaine (trafic routier, utilisation de solvants, climatisation...).

En outre, la minéralisation artificielle des villes retient la chaleur en journée pour la restituer la nuit. Cela se traduit par des pics de chaleur en comparaison aux campagnes environnantes : l’effet des îlots de chaleur urbains accroît les températures de 2,5°C en moyenne. Les étendues d'eau participent également à la régulation thermique des villes. A titre d’exemple, la Seine rafraîchit jusqu'à 30 mètres au-delà de ses rives ; mais son impact est souvent annihilé par la bétonisation des berges. 

En atténuant l’effet de ces îlots de chaleur urbains, les espaces verts permettent de limiter les besoins en climatisation pour les bâtiments collectifs proches (mairies, écoles, bibliothèques…). Une étude réalisée dans la ville de Montréal au Québec a ainsi révélé que la végétalisation des toitures permettait de diviser pratiquement par deux la consommation d’énergie (de 38 % pour les toitures non irriguées et de 47 % pour celles irriguées)."

Source : Unep

« Tandis que Nova-Flore Pro continue d’afficher sa bonne santé, pour son activité Jardin Nova Flore s’est vue obligée d’ouvrir une procédure de liquidation judiciaire auprès du tribunal de commerce d’Angers. Une décision prise à regret par Jérôme et Julien Gouy, les deux dirigeants de la société de Champigné (49), le retour à la rentabilité économique de l’entreprise Jeanne de Laval, qu’ils avaient rachetée en 2016, se révélant impossible dans un délai raisonnable.

Nova-Flore n’a pas compté ses efforts pour donner une seconde vie à l’entreprise Jeanne de Laval, absorbée en 2016, avec pour principal objectif le retour à une rentabilité économique rapide et durable après restructuration complète.

Une ambition forte qui n’a hélas pas pu être atteinte, en dépit d’un travail d’équipe constant et d’une exceptionnelle implication de tous les collaborateurs, quatre saisons durant, pour créer plus de 1 500 nouvelles références et donner de nouvelles orientations aux marques de distributeurs. Des efforts qui n’auront malheureusement pas suffi, faute de temps, à redresser l’activité bulbes.

Le tribunal de commerce d’Angers a prononcé la liquidation judiciaire de Nova-Flore Jardin mercredi 12 juin 2019, avec effet immédiat. Cette décision ne concerne pas Nova Flore Pro, entité séparée qui continue d’être profitable, avec des gros efforts de R&D fournis pour proposer toujours plus de solutions naturelles pertinentes et efficaces qui convainquent de plus en plus de professionnels d’abandonner les produits phytosanitaires. »

Source : Nova-Flore

Selon une étude*, 94% des personnes interrogées déclarent que la connexion Wi-Fi est le service le plus important lorsqu’elles envisagent de réserver une chambre. Mais l’irrésistible envie de partager vos photos et vidéos de plantes, de fleurs ou de jardins sur les réseaux sociaux peut mettre vos données en danger ; aussi la vigilance est-elle de mise lorsque vous vous connectez à un Wi-Fi gratuit.

La perspective de vous évader ne doit pas vous faire oublier toute prudence : les points d’accès Wi-Fi gratuits auxquels vous allez vous connecter, peuvent ne pas être sécurisés. Les hackers veillant et profitant de la moindre opportunité, il suffit d’une faille pour que ceux-ci s’y engouffrent et toutes vos données personnelles pourraient alors être dérobées et revendues sur le Dark Web.

Comment vous protéger contre ces menaces ? Voici quelques conseils pratiques… Votre smartphone peut se connecter instantanément aux réseaux mobiles non chiffrés à proximité. La première chose à faire est de désactiver la connexion automatique au Wi-Fi avant même votre arrivée à l’hôtel.

En effet, il n’est pas compliqué pour un hacker que de créer un faux point d’accès dont le nom ressemble étrangement à celui de votre hôtel : un simple signe tel qu’un tiret ou un « s » en plus suffisent ! La solution : demander directement à l’établissement à quel réseau autorisé vous connecter.

Et maintenant, tranquillement installé dans votre chambre, vous êtes sur le point de vous connecter, au bon réseau certes, mais sans protection ! Saviez-vous que les routeurs Wi-Fi sont vulnérables et que nombre d’entre eux utilisent encore des protocoles de sécurité anciens comme le WEP, avec des mots de passe faciles à pirater ? En réalité, vos flux ne sont pas en sécurité. Par ailleurs, ils peuvent dissimuler des malwares, habilement placés par les pirates afin de contaminer vos applis et s’activer à votre insu, à tout moment.

Protéger vos flux, rien de plus simple : il vous suffit de vous connecter à Google Play ou App Store, afin de télécharger une appli de sécurité (nombre d’entre elles sont gratuites) pour surfer ensuite sur Internet et ce, en toute quiétude.

Malgré tout, la méfiance reste de mise : sans doute n’est-ce en effet pas le meilleur moment pour effectuer des transactions bancaires et autres opérations sensibles, à moins d’avoir installé un VPN** (Réseau Privé Virtuel) au préalable. A télécharger sur Google Play ou l’App Store, en version gratuite ou version d’évaluation, vous avez le choix.

De façon générale, prenez soin de ne naviguer que sur des sites sécurisés. Et un dernier conseil : fermez les applications dont vous ne vous servez pas car, en se connectant en arrière-plan, elles constituent autant de vecteurs d’attaque pour les cybercriminels, à l’affût de la moindre faille.

Et dans tous les cas, n’oubliez pas de mettre à jour régulièrement votre terminal mobile. Ces étapes sont à la portée de toutes et tous, pensez-y !

Pascal Le Digol, Country Manager France, WatchGuard Technologies

*HotelChatter in hotel Wifi report (US)
**Le VPN établit un tunnel sécurité entre votre terminal (PC, Mac, smartphone ou tablette) et Internet. Lorsque vous utilisez un VPN, toutes vos données circulent dans ce tunnel privé où elles sont cryptées grâce à des algorithmes complexes.

 

Renforcer les liens entre science, société et politiques publiques, c’est l’objectif du 4e Congrès mondial d’Agroforesterie, placé sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel MACRON Président de la République, qui se tiendra au Corum à Montpellier du 20 au 22 mai 2019.

Ouvert aussi bien aux chercheurs et étudiants qu’aux agriculteurs, ONG et décideurs politiques et économiques, ce congrès attend quelque 1 500 participants en provenance de plus de 100 pays. Cet événement international est organisé, pour la première fois en Europe, par le Cirad et l'Inra, en partenariat avec World Agroforestry, Agropolis International et Montpellier Université d’Excellence.

Car il faut savoir que l'agroforesterie augmente les rendements des cultures et du bétail, amortit les tempêtes et les sécheresses, nourrit le sol et offre une abondance de produits indispensables comme les fruits, le miel ou le bois. En outre, elle capture le gaz carbonique et permet de le stocker en toute sécurité dans le sol.

Le concept d’agroforesterie est apparu, dans les années 70, au sein de groupes de réflexion internationaux cherchant des solutions au problème de la déforestation tropicale. Aujourd’hui, l’agroforesterie est devenue un sujet de recherche international, qui fait désormais partie des cursus d’enseignement agronomique du monde entier.

C’est à l’Université de Montpellier qu’ont été conduites, dans les années 80, les premières recherches françaises sur l’agroforesterie. Elles sont maintenant conduites au sein de la communauté scientifique d’Agropolis International, grâce aux équipes de recherche du Cirad, de l’Inra et de l’IRD.

La France a joué un rôle prépondérant dans la réflexion scientifique sur l’agroforesterie, avec la mise en place d’un Plan national de développement de l’agroforesterie en 2016. Ainsi aujourd’hui, plus de 15 unités de recherche françaises, réunissant environ 120 chercheurs, s’intéressent à l’agroforesterie.

Pour en savoir plus : 4ème Congrès Mondial d’Agroforesterie

 

Une vulnérabilité a été découverte début mai dans l’application mobile WhatsApp. Cette vulnérabilité permettait d'exécuter du code malveillant à distance sur plus d’1,5 milliards de téléphone, elle aurait été exploitée par une société éditant le logiciel de surveillance mobile Pegasus. Cette vulnérabilité a finalement été corrigée par WhatsApp il y a 2 jours.

Pegasus est un logiciel de surveillance mobile découvert en 2016 par Lookout, une société de cybersécurité spécialisée dans la protection des mobiles. La première version du logiciel n’était disponible que sur iOS mais est devenue multiplateforme en 2017.

Une fois déployée sur le téléphone de la victime, Pegasus permet à l’attaquant d’accéder à l’ensemble des données du téléphone (contacts, SMS, emails, photos, etc.), d’activer le micro et la caméra sans que l’utilisateur ne s’en aperçoive et ainsi espionner à distance les moindres faits et geste de la victime.

Depuis 2016, Pegasus a été identifié sur plusieurs milliers de téléphones de cible à “haut potentiel”, notamment des CEO ou des CFO de grandes entreprises financières et industrielles, mais également sur des téléphones appartenant à des journalistes ou à des organisations non gouvernementales.

Pegasus n’est pas un malware mobile comme un autre, le code malveillant est quasiment différent pour chaque téléphone mais globalement, la méthodologie d’attaque reste la même. Les chercheurs de la société Lookout ont intégré les différents comportements de ce malware dans leur application de sécurité pour mobile, disponible gratuitement sur les stores Google et Apple.

Mettez à jour sans plus attendre la version de WhatsApp installée sur votre téléphone depuis les App stores officiels et n’installez jamais une version d’une application mobile disponible en dehors de ces plateformes.

Bastien Bobe, Security Sales Engineer, South Europe de Lookout

A la suite de l’incendie de Notre-Dame de Paris ce lundi 15 avril 2019, LOXAM, leader européen de la location, s’associe au projet de reconstruction de la Cathédrale en partie détruite.

Loueur de matériels pour la construction, LOXAM s’engage à mettre gracieusement ses matériels à la disposition des entreprises et artisans qui participeront à ces travaux et ce, pendant toute la durée prévue des 5 ans.

« La Cathédrale Notre-Dame de Paris est l’héritage de bâtisseurs avisés qu’il convient de préserver. En qualité de loueur engagé, LOXAM souhaite apporter son aide à la remise en état de cet édifice par une contribution matérielle équivalente à 10 millions d’euros sur les 5 ans » précise Gérard DEPREZ, Président de LOXAM.

N°1 en France et à Paris, LOXAM propose plus de 200 000 matériels pouvant répondre aux besoins de tous les métiers œuvrant sur ce chantier. N° 1 en Europe et n° 5 mondial, LOXAM est le leader du marché de la location de matériel et d'outillage pour le BTP, l'industrie, les espaces verts et les services.

Avec un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros en 2018, 760 agences et 7 900 collaborateurs, le Groupe est présent dans 13 pays en Europe (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Irlande, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suisse, Italie), ainsi qu’au Moyen-Orient, au Maroc, au Brésil et en Colombie.

LOXAM propose le premier parc européen avec plus de 350 000 matériels pour anticiper, accompagner et répondre à la demande croissante des entreprises qui souhaitent externaliser l’achat, la gestion et l’entretien de leur matériel.

Source : LOXAM

 

"Le dernier cas de piratage d’un milliard de données personnelles nous rappelle à quel point il est crucial de mieux sécuriser les mots de passe, et il est nécessaire de mieux les gérer. Des mesures d’autant plus indispensables que de plus en plus de vols de données personnelles ont des conséquences massives sur les entreprises.

Ce problème est lié à une habitude bien enracinée qui consiste à utiliser les mêmes mots de passe pour différents comptes utilisateur. Par exemple, 75 % des personnes interrogées dans le cadre de la récente étude SailPoint Market Pulse Survey ont confirmé utiliser les mêmes mots de passe pour plusieurs de leurs comptes (aussi bien professionnels que personnels). Il s’agit d’un facteur de risque inutile alors que nous constatons que d’anciens vols de mots de passe continuent de produire leurs effets, et que de nouvelles menaces telles que le « credential stuffing » permettent aux pirates de profiter de la négligence de certains utilisateurs qui ne respectent pas les bonnes pratiques en matière de mots de passe. 

Bien sûr, il est impossible de protéger des données qui ont déjà été compromises, mais il existe bel et bien des mesures de sécurité très simples que les utilisateurs peuvent mettre en place afin de protéger leurs informations personnelles d’une nouvelle intrusion. A commencer par adopter systématiquement des mots de passe plus solides, avec au moins huit caractères, et comportant des majuscules et minuscules, et des caractères spéciaux. Ou de ne plus jamais utiliser le même mot de passe pour différents sites. Sans oublier de rester vigilants, en surveillant ses mouvements sur Internet, et en prenant garde à chaque demande d’identifiant d’accès ou de données personnelles." 

Hervé Liotaud, Regional Director Southern Europe chez SailPoint

Selon la Fédération de la vente à distance (Fevad), l'e-commerce a réalisé en France en 2017 un volume de transactions de 82 milliards d'Euros. Toutefois, l'irruption du modèle économique des places de marché, à l'instar d'Amazon et Alibaba, déstabilise l'écosystème du e-commerce. La vassalisation des enseignes classiques face à ces ‘'marketplaces'' géantes pose un certain nombre de questions quant à leur devenir.

Éviter et contrer cette vassalisation, tel est l'objectif que s'est fixé la société Bubbles Company, qui a développé la 1ère solution de Drive-To-Purchase autour d'une idée : « faire revenir le client en magasin ». Lancée en 2018, la solution 100% digitale proposée par Bubbles Company a depuis permis à Hyper U de bénéficier d'un taux de conversion en acheteurs de 4,6% et d'une augmentation du panier moyen de 43%.

Créée en 2014, Bubbles Company est un acteur de l’innovation pour les lieux de vie et de vente. Forte de son expertise dans le domaine du marketing de proximité, la startup a lancé en 2018 « drive-to-purchase © » (« conduite à l’achat »), la 1ère solution retail permettant d’attirer des acheteurs jusqu’en caisse et d’en mesurer les revenus générés.

La société est soutenue par des investisseurs de renom tels que Didier Quillot (ancien DG Orange France, DG de la Ligue de Football Professionnel), Jean-Marc Le Roux (directeur chez Bain & Co), Franck Le Ouay (co-fondateur de Criteo), Guillaume Paoli (fondateur d’Aramis Auto), Axel Ruckert (ancien DG de Philips Electronic), ... et compte parmi ses clients des enseignes comme Lacoste, Kiehl’s, Printemps, Auchan, Super-U, Hyper-U, Casino, Leclerc, ou Mr Bricolage.

Christophe Vattier, CEO de Bubbles Company

"La sécurité dans les villes est aujourd’hui au cœur des débats dans de nombreux pays, y compris en France. Le concept de « Security by Design » fait beaucoup parler dans les milieux où la sécurité est concernée. Ce concept fait référence à l’intégration de la sécurité en amont du processus de création d’une architecture réfléchie pour des villes où l’on souhaite que la sécurité des citoyens soit intégrée dans l’architecture. Selon ce concept, la sécurité doit être une priorité et non pas une option. Les architectes en charge de l’aménagement des villes peuvent allier l’esthétisme à la sécurité afin d’embellir les villes.

En effet, les dispositifs de sécurité sont comme leur nom l’indique destinés à la sécurité des habitants des villes. Cependant, lorsque ces dispositifs ne sont pas esthétiques, l’effet inverse se produit. Cela crée de l’anxiété et un sentiment d’insécurité auprès des citoyens. Prenons par exemple les écoles aux Etats-Unis dotées de détecteurs de métaux à l’entrée qui permettent d’assurer la sécurité des élèves. Ces détecteurs ne sont ni dissimulés, ni esthétiquement beau. Cela crée un effet d’insécurité dans l’école bien que ces détecteurs soient là pour la sécurité au départ.

Face à ces défis d’esthétisme, les architectes peuvent réfléchir à l’aménagement des villes de façon différente en intégrant la sécurité dans leurs créations de manière plus discrète, en l’incorporant de manière passive. D’autant plus qu’une remise en question constante doit être effectuée en termes de sécurité dans les villes. Les réflexions autour de la sécurité doivent constamment se renouveler.

En effet, de nouvelles menaces émergent ainsi de nouveaux moyens de sécurité doivent être mis en place. Ces moyens doivent-ils s’adapter à la ville et à cette volonté de discrétion ? La technologie évolue, la sécurité doit évoluer en même temps, tout comme les architectes qui doivent s’adapter à ces évolutions. Ces derniers vont certainement devoir anticiper le futur pour adapter leurs créations à un monde en constante évolution en termes de menaces et des nouvelles technologies.

Mais alors, les architectes devront-ils planifier 10 ans à l’avance pour être sûrs que la sécurité soit assurée dans les villes ? Devront-ils désormais travailler de pair avec d’autres acteurs de la sécurité ? Une chose est sûre, la sécurité reste une priorité pour les années à venir." 

Jean Marc Sanchis - Directeur Commercial et Marketing de La Barrière Automatique

Page 1 sur 2

A propos de Secteur-Vert :

Créé en 2010, SecteurVert.com "le site 100% Jardin & Espaces Verts" est LE 1er portail d’information multimédia qui s’adresse non seulement à l'ensemble des professionnels du jardin, du paysage et de la distribution mais aussi à tous les consommateurs ! Une offre éditoriale à 360° unique, complète et originale à la fois pour les :
Utilisateurs Professionnels,
• Distributeurs et Revendeurs,
Jardiniers Amateurs.

 

 

 

5 Sites Web Secteur-Vert !

Vous êtes un utilisateur professionnel du paysage, un distributeur spécialisé jardin-motoculture ou bien un simple particulier passionné de jardinage ?

Les Nouveaux Tweets...

https://t.co/Ixwyxo2iA8 https://t.co/EGlMFpBniG
https://t.co/72DoPpbG4W https://t.co/H136WdmPHV
GNIS : François DESPREZ, Président du Groupement National Interprofessio... https://t.co/jfTTUqnCJx via @YouTube
https://t.co/M4eC6klUXy https://t.co/gVrhCq0g7H
Follow Secteur Vert on Twitter
Création site internet agence web paris Formation en alternance Commerce de gros desherbant selectif gazon